La filière béton et l’économie circulaire

L’économie circulaire est définie comme un « système de production et d’échanges prenant en compte, dès leur conception, la durabilité et le recyclage des produits ou de leurs composants de sorte qu’ils puissent redevenir soit des matières premières nouvelles soit des objets réutilisables, de façon à utiliser les ressources de manière efficiente ». La filière béton s’inscrit parfaitement dans cette logique.

Recyclage du béton et sa valorisation : état des lieux

Il faut distinguer deux types de flux de bétons recyclables ou valorisables :

  • Ceux issus des procédés de fabrication (unités de production de béton prêt à l’emploi) ainsi que les retours des chantiers ;
  • Ceux issus de la déconstruction.

Les déchets de béton générés par la fabrication ont plusieurs origines : déchets de béton frais, déchets de béton durci, rebuts de fabrication et retours de chantiers. Ils peuvent être réintégrés in situ pour la fabrication de nouveaux produits, ou recyclés une fois durcis, sans nécessité de tri complémentaire, dans des installations de concassage.

Il existe actuellement plusieurs débouchés pour les bétons issus de la déconstruction des ouvrages et bâtiments. Ils sont majoritairement récupérés, puis traités dans des installations dédiées (concassage, criblage, …), afin d’être ensuite valorisés en remblaiement ou en applications routières (couche de forme, couches d’assises de chaussées, …). L’ensemble de ces valorisations représente 80 % des tonnages de béton déconstruit, correspondant à une économie de ressources naturelles non négligeable. Les 20 % restants sont aujourd’hui dirigés vers des installations de stockage de déchets inertes (ISDI) car les démolitions sans tri ou la distance entre les chantiers et les installations de traitement ne permettent pas toujours une valorisation économiquement acceptable.

Lors de la déconstruction de bâtiments ou d’infrastructures, puis lors du traitement des déchets sur les plateformes de tri et de regroupement, un tri est indispensable pour séparer les bétons des autres matériaux (plâtre, PVC, armatures…). Les techniques de tri s’améliorent régulièrement et les démarches de déconstruction sélectives devraient se systématiser toujours davantage. Le diagnostic déchets avant déconstruction, désormais obligatoire pour les bâtiments importants, participe à cette optimisation de la qualité du tri.

De son côté, afin de faciliter les opérations de déconstruction et ainsi mieux valoriser, voire réutiliser les produits, la filière béton est engagée pour faire évoluer la conception des systèmes et des produits constructifs.

 

Objectifs et moyens mis en place par la filière béton en faveur de l’économie circulaire

A l’heure de l’économie des ressources naturelles, des circuits courts et du recyclage, le béton prêt à l’emploi fait figure de référence en termes d’économie circulaire pour de nombreux secteurs industriels :

  • Matériau 100 % local, le BPE est produit dans 1 860 unités de production situées à proximité des lieux de consommation ;
  • Des impacts sur l’environnement constamment optimisés : le process de production à froid est un réel atout pour développer l’efficacité énergétique, la consommation d’eau est fortement réduite (circuit fermé pour les eaux de procédés, eaux de pluie utilisées en exploitation, …) ;
  • Une fois mis en œuvre, le BPE déploie des fonctionnalités favorables à l’environnement (autonettoyant, dépolluant, drainant, …),
  • En tant que matériau inerte, le BPE est aujourd’hui recyclé en sous-couches des routes ou en remblais. Et déjà des granulats de béton recyclé bénéficiant des mêmes performances que les matériaux de première origine s’affirment comme une voie d’avenir prometteuse pour la production de nouveaux bétons ainsi que l’atteste les résultats du programme de recherche national Recybéton.

Le béton produit dans des unités de BPE s’inscrit donc dans une logique d’économie circulaire au plus près des ressources et des besoins.

Zoom sur le projet Recybéton

De 2012 à 2018, près de 50 partenaires se sont mobilisés dans le cadre du projet national Recybéton. A partir des compétences de chacun des membres, le consortium a émis plusieurs recommandations dans le cadre de la fabrication et de l’utilisation de bétons comportant des granulats recyclés. Aujourd’hui, les dispositions normalisées ont bénéficié des avancées techniques de Recybéton. La filière béton s’est fortement mobilisée au sein de ce projet de R&D qui avait pour objectifs de parvenir au recyclage complet des matériaux issus des bétons de déconstruction et permettre la réalisation d’ouvrages encore plus vertueux. Les recherches visaient à :

  • Réutiliser l’intégralité des matériaux issus des bétons de déconstruction, comme constituants de nouveaux bétons ;
  • Recycler aussi ces matériaux comme matière première pour la production de ciments (clinker et ciments composés).

Les recommandations de Recybéton ont été utilisées pour l’actualisation de la norme NF EN 206/CN et de l’annexe nationale de la norme NF EN 1992-1-1 en permettant par exemple d’augmenter significativement le taux d’incorporation des granulats recyclés dans les bétons, l’utilisation de granulats recyclés dans les bétons précontraints, dans une logique de préservation des gisements naturels de granulats.

Par ailleurs la nouvelle norme ciment NF EN 197-6 prends en compte les fines de béton recyclés comme constituant du ciment

En savoir plus

Ecominéro, l’éco-organisme dédié aux déchets minéraux inertes

Pour répondre aux enjeux de la mise en œuvre de la REP produits et matériaux de construction du secteur du bâtiment (PMCB), plus de vingt entreprises de toutes tailles ainsi que cinq syndicats professionnels de la filière minérale, dont le SNBPE, se sont associés afin de créer l’éco-organisme Ecominéro afin de prendre en charge les produits et matériaux de construction minéraux de tous les metteurs sur le marché qui le souhaiteront. En mars 2023, neuf nouvelles entreprises, familiales et implantées dans les territoires, ont rejoint l’actionnariat d’Ecominéro.

Dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (AGEC), le régime de la responsabilité élargie du producteur (REP) est étendu aux produits et matériaux de construction du secteur du bâtiment (PMCB). Le but est de permettre à tout détenteur de déchets, particulier ou professionnel, de se défaire gratuitement de ses déchets triés issus de travaux de construction, rénovation ou démolition, pour faciliter leur réemploi, recyclage ou valorisation. Cette volonté d’une économie circulaire dans le secteur de la construction, permettant à tout détenteur de déchets inertes de disposer d’une solution de proximité dans la gestion de ses déchets, dans le but d’assurer une valorisation, est dans l’ADN des industriels des produits de construction minéraux (béton prêt à l’emploi, produits en béton préfabriqué, granulat, ciment, pierres de construction, enrobés, tuiles et briques en terre cuite) représentés par Ecominéro. Leur règle d’or est l’utilisation du bon matériau au bon endroit pour le bon usage, afin de fournir des matériaux locaux – naturels ou recyclés – en boucles courtes dans le but de limiter les transports et les émissions de CO2. Les déchets inertes du bâtiment issus des matériaux minéraux bénéficient ainsi, depuis plus de 25 ans, d’une filière de reprise et de traitement qui permet d’afficher un taux de valorisation matière de 76 %. Fort de cette expertise reconnue, Ecominéro mobilise l’ensemble de cet écosystème industriel et territorial avec pour ambition d’atteindre un taux de valorisation matière de 90 % d’ici 2028. Il s’agit de répondre pleinement aux objectifs de la réglementation et de permettre une amélioration de la qualité du recyclage des matériaux.